Vous venez de mettre un point final à votre manuscrit. Avant de le publier, il va falloir le faire relire. Relire un roman prend du temps. Sans surprise, une seule relecture ne suffit pas.

Étape 1 : relire son roman à tête reposée

Oui, vous devez prendre de la distance avec votre texte avant d’envisager de le relire. Vous connaissez les personnages par cœur. Vous avez imaginé chaque mot, chaque sensation, chaque lieu avec un soin méticuleux. Vous et votre roman avez vécu l’un pour l’autre plusieurs semaines, mois ou années… Ainsi, avant de relire votre roman, il va falloir l’oublier, le mettre de côté, vous en détacher. L’objectif est de le redécouvrir avec un œil neuf, celui de votre futur lecteur.

Lors de cette relecture, vous relèverez :

  • des fautes d’orthographe
  • des incohérences dans l’histoire
  • des longueurs…

Vous aurez peut-être aussi envie d’ajouter des passages pour enrichir votre intrigue… L’histoire peut encore évoluer à l’issue de cette relecture.

Étape 2 : utiliser les logiciels de correction

Il existe de nombreux logiciels de correction, gratuits ou payants. Même s’ils ne font pas de miracles (autant se le dire tout de suite), ils peuvent lever quelques doutes, en particulier sur les accords. Cependant, ces outils ont leurs limites. Quand la grammaire n’est pas notre truc, ils peuvent nous induire en erreur. Ainsi, faire relire son roman seulement par un logiciel de correction ne suffit pas pour obtenir un texte impeccable.

Étape 3 : trouver des bêta-lecteurs

Quelles sont les missions des bêta-lecteurs ?

Avant d’envoyer votre manuscrit à une maison d’édition, faites relire votre roman par des bêta-lecteurs. Ces lecteurs un peu particuliers auront la primeur de votre travail. Ils vous seront d’une grande utilité pour identifier les passages à améliorer tout en faisant des retours sur l’orthographe. Leurs retours vous donneront une idée de l’accueil qu’aura votre roman auprès des maisons d’édition et du grand public. Mieux vaut vous préparer à avoir du travail à l’issue de leur lecture. S’abstenir de faire cette étape, c’est risquer quelques déconvenues lors de l’envoi de votre manuscrit auprès des éditeurs.

Comment choisir ses bêta-lecteurs ?

Les bêta-lecteurs doivent être choisis avec soin. Comme ils ne seront pas rémunérés, vous devez aussi être bienveillant à leur égard : ils vous “font une fleur” en prenant le temps de relire votre roman. Une fois que c’est dit, qui peut être votre bêta-lecteur ? Certainement pas votre famille ou vos amis proches : ils ne sont pas les mieux placés pour avoir un regard objectif sur votre travail. De plus, ils peuvent ne pas oser dire leur véritable avis de peur de vous froisser. De même, assurez-vous que vos bêta-lecteurs aient un bon niveau en orthographe. Eh oui, le bêta-lecteur doit être polyvalent.

Comment organiser la bêta-lecture ?

Vous avez votre planning pour l’édition de votre manuscrit. Vos bêta-lecteurs ont leur planning aussi. Souvent, cela peut avoir du mal à coïncider. Néanmoins, pensez à donner une deadline pour que la bêta-lecture ne s’étale pas sur des mois et des mois. Par ailleurs, attendez d’avoir reçu l’ensemble des retours avant de vous lancer dans la correction de votre roman. Cela sera plus simple pour analyser les retours et les traiter.

Étape 4 : Faire relire par un correcteur professionnel

Traquer les erreurs d’orthographe, de grammaire, de syntaxe et de ponctuation : telle est la mission du correcteur professionnel. Il traque aussi les lourdeurs et incohérences. Faire relire son roman par un correcteur professionnel est la garantie d’une correction par un œil affûté et expérimenté. Découvrant le texte comme le découvrira le futur lecteur, il a la bonne distance pour être objectif sur votre travail.

Au final, vous pouvez faire relire votre roman autant de fois que vous le voulez. Il n’y a pas de règle. Privilégiez cependant des regards extérieurs et objectifs. Correctrice professionnelle, j’accompagne les jeunes autrices et auteurs dans la mise en mots de leur roman.

Ça peut aussi vous intéresser…