accord proximité grammaire orthographe

Depuis l’école primaire, nous entendons toujours la même phrase “c’est le masculin qui l’emporte”. Cette règle semble être immuable et, pourtant, elle n’a été mise au point qu’au XVIIe siècle. Avant cette date, la grammaire française, comme le latin, ignore cette règle. C’est l’accord de proximité qui prévaut, c’est-à-dire avec le mot le plus proche. L’écriture inclusive a remis au goût du jour cette règle.

Rappel de la règle habituelle des accords

Dans Bescherelle, la grammaire pour tous, dans le chapitre “Adjectif qualificatif”, la règle de l’accord est la suivante “lorsqu’un adjectif qualifie plusieurs mots de genres différents, l’adjectif se met au masculin pluriel.” Cette règle s’applique pour l’accord des participes passés évidemment. L’écriture inclusive préconise l’accord de proximité.

Accord de proximité : comment faire ?

Dans Athalie en 1691, Racine écrivait “Consacrer ces trois jours et ces trois nuits entières” en toute décontraction. En français ancien, l’accord de proximité permettait d’accorder l’adjectif en genre et en nombre avec le dernier mot. En écriture inclusive, cet accord de proximité est donc tout à fait correct. Par exemple, vous pouvez écrire “les étudiants et les étudiantes sont fières leurs résultats.”

Cependant, pour ne pas déroger à aucune règle de grammaire, il est recommandé de déplacer le nom masculin le plus près possible de l’adjectif pour éviter les confusions. Cela donne donc “les étudiantes et les étudiants sont fiers de leurs résultats”. L’accord de proximité respecte le standard des normes d’écriture traditionnelle.

L’écriture inclusive, une volonté de changer les mentalités

Née d’une volonté de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes, la grammaire inclusive utilise l’écrit pour changer les mentalités. Mot épicène, point médian, mention par ordre alphabétique, accord de proximité sont les principales conventions d’écriture inclusive.

Ça peut aussi vous intéresser…